Converger ensemble vers les communications et la collaboration unifiées

Agenda

L'annuaire des membres

Témoignages

Les comptes rendus

 

logosenatTélécoms d'entreprises

Dernière mise à jour le 11 décembre 2019

Mercredi 11 décembre 2019, Élisabeth LAMURE, présidente de la délégation sénatoriale aux entreprises, et Patrick CHAIZE, président du groupe numérique du Sénat, ont organisé un petit déjeuner de presse, en présence de Laurent SILVESTRI, président, et d'autres représentants du Club des dirigeants réseaux et télécoms (CDRT), sur le thème "Télécoms d'entreprises : la transformation numérique et la compétitivité des entreprises françaises en danger ! Et si tout se jouait maintenant ?".

Pourquoi un Club ?

Pourquoi un Club ?

 

Confrontés aux nouveaux enjeux posés par la convergence IT et Télécoms, et au challenge des communications et de la collaboration unifiées,
les dirigeants des entreprises de l'Informatique  et des Télécoms sont de plus en plus préoccupés.

Si les technologies convergaient effectivement, il fallait aussi faire converger les dirigeants de ces deux secteurs.

Il leur fallait donc un espace où dialoguer, étudier, réfléchir, échanger entre eux et avec les acteurs du marché.

C'est ainsi qu'est né le CDRT en 2012 !

Rassembler

Rassembler

 

Le CDRT rassemble, de manière équilibrée

  • des éditeurs, des opérateurs, des intégrateurs, des fournisseurs informatiques et télécoms

Il permet de rencontrer régulièrement

  • des experts exterieurs, des associations de clients finaux, des leaders d'opinion ...

Réfléchir ensemble

Réfléchir ensemble


Il faut être nombreux et divers pour réfléchir ensemble sur les évolutions de notre secteur économique :

Le CDRT, par ses événements (rencontres, ateliers, dîners thématiques...) et par ses publications, apporte un éclairage sur les sujets d'actualité de notre profession en donnant la parole aux experts, aux professionnels les plus innovants et aux représentants des clients.

Construire

Construire


Un réseau d'affaires efficace

  • en créant des synergies entre professionnels des télécoms et de l'informatique
  • en créant des liens personnels de qualité entre les hommes

Se rencontrer

Se rencontrer


Le CDRT organise régulièrement des dîners qui permettent à ses membres de se rencontrer et d'échanger tout en écoutant des intrervenants choisis en fonction de leurs préoccupations :

Frontpage Slideshow | Copyright © 2006-2012 JoomlaWorks Ltd.

“Le seul Club d'Affaires qui permette aux dirigeants du secteur
de se rencontrer, d'échanger et de réfléchir ... dans un climat de bienveillance“

 
 
 

 

 

le CDRT rejoint le Syntec Numérique en qualité de Club Partenaire associé

 

voir le communiqué de presse  

Découvrir les avantages pour les adhérents du CDRT

 

 

 

guide2

Le CDRT et les principaux représentants de la filière Télécom, se sont associés à la publication et à la diffusion dans toute la France d’un nouveau guide pratique pour éclairer les TPE et PME sur le marché des télécoms dédié aux entreprises et leur donner toutes les clés pour faire jouer pleinement la concurrence entre fournisseurs. Vous pouvez le télécharger et visionner la vidéo d'introduction ici.

 

livre blanc CDRT

Présentation du livre blanc sur l'arrêt du RTC

La décision prise par Orange d'arrêter le Réseau Téléphonique Commuté (RTC) marque, à notre avis, une étape majeure dans le paysage télécom des entreprises.
Nous avons identifié un besoin d'information de ces dernières, à un moment où des offres en rupture apparaissent et de nouveaux acteurs se positionnent. Par ailleurs cela se conjugue à une demande grandissante sur les usages de communication et de collaboration, ceux-ci étant facilités par l'irrésistible croissance du SaaS.
Regroupant des acteurs représentatifs de cet écosystème (intégrateurs, opérateurs, éditeurs, équipementiers, sociétés de services), le CDRT a jugé utile de rédiger un livre blanc à la fois complet et synthétique pour expliquer cette évolution et en analyser les conséquences possibles.

Vous pouvez nous demander par email la synthèse (12 pages) de ce livre blanc (la version complète n'est pas publique. Elle rapporte le détail de tous les entretiens d'experts ainsi que des analyses plus approfondies)

Stépane Grasset, Président du CDRT

 

Evénements du CDRT :

Accédez aux compte rendus, reportages vidéos, galeries de photos ... et téléchargez les présentations des interventions

Certains contenus ne sont accessibles qu'aux adhérents loggués !


 

acces
×

Erreur

There was a problem loading image clip2.jpgin mod_featcats

There was a problem loading image toulouse23012020-slide.JPGin mod_featcats

Communiqués de Presse

Partagez

logosenatTélécoms d'entreprises

Dernière mise à jour le 11 décembre 2019

Mercredi 11 décembre 2019, Élisabeth LAMURE, présidente de la délégation sénatoriale aux entreprises, et Patrick CHAIZE, président du groupe numérique du Sénat, ont organisé un petit déjeuner de presse, en présence de Laurent SILVESTRI, président, et d'autres représentants du Club des dirigeants réseaux et télécoms (CDRT), sur le thème "Télécoms d'entreprises : la transformation numérique et la compétitivité des entreprises françaises en danger ! Et si tout se jouait maintenant ?".

 

 

Conférence de presse du 11 déc. 19 au Sénat

Discours de Laurent Silvestri, Président du Club des Dirigeants Réseaux & Télécoms.

Madame la Présidente de la Délégation Sénatoriale aux Entreprises,

Monsieur le Président du groupe Numérique du Sénat,

Mesdames les Sénatrices, Messieurs les Sénateurs,

Je tiens avant tout à vous remercier pour votre accueil et pour le temps de parole que vous m’accordezpour nous adresser ensemble aux médias présents, que je remercie aussi. Je remercie aussi Bruno David, directeur général de Foliateam, David Brette, directeur associé de Sewan, Damien Watine, président de Unyc et Jean Michel Texier, président du groupe Convergence pour leur présence à mes côtés.

Le moment est crucial. La Délégation Sénatoriale aux Entreprises le sait et l’écosystème numérique apprécie votre attention aiguisée à la digitalisation des entreprises.

Depuis de nombreuses années, le numérique prend une place de plus en plus importante dans notre quotidien. Il en est de même pour les entreprises. Au-delà des services télécoms, les services numériques et les innovations associésapportent une réelle valeur ajoutée.

Partout en Europe, les offres se sont enrichies pour faciliter la transformation numérique des entreprises.

L’internet est vendu avec les solutions de sécurisation des réseaux et de protection des données. Les services fixes et mobiles sont enrichis d’applications de communication alliant audio, vidéo et tchat pour améliorer la collaboration entre les équipes et faciliter la mobilité ou encore le télétravail.

L’internet et le cloud permettent aux entreprisesd’accéder à de nouveaux marchésde se digitaliser et d’être plus compétitives.

En France, les fournisseurs de ces services forment l’écosystème numérique.

Issu de la convergence des métiers des réseaux, des télécoms et de l’informatique, l’écosystème numérique s’est organisé durant les dix dernières années pour accompagner le développement del’économie numérique.

Plus agiles que les opérateurs historiques, l’écosystème numérique accélère.

Nous estimons qu’il est constituéd’environ 1500 opérateurs de proximité, répartis sur l’ensemble du territoire.

Ils se développent, investissent, innovent et apportent aux entreprises les services et l’accompagnement nécessaire à la réussite de leur digitalisation. Mais surtout, ils leurs apportent de la proximité, le dernier kilomètre. Une vraie relation de confiance, sans doute plus importante qu’avec de grands acteurs nationaux.

Ces nouveaux opérateurs sont une véritable source d’innovation et de compétitivité pour nos territoires et leurs entreprises. Selon les estimations du CDRT, ils réalisent conjointement un chiffre d’affaires supérieur à un milliard et demi d’euros. Ils emploient plusieurs dizaines de milliers de salariés et ne cessent de croitre et recruter.

A l’instar de l’artisanat, premier employeur de France, l’écosystème numérique estle troisième opérateur de détail des télécoms d’entreprises.

Orange, SFR et les réseaux d’initiative publiques, les RIP, développent les infrastructures haut débit de notre pays. Letroisièmeopérateur les enrichit de services numériques. Son rôle est primordial dans l’économie française, primordial pour la compétitivité de nos territoireset de nos entreprises.

Les entreprises ont besoin d’un Internet haut débit fixe et mobile de qualité. Nous en avons tous conscience. C’est pourquoi, il est important de favoriser les investissements des opérateurs dans ce sens. Depuis 2015, le déploiement de la fibre optique s’accélère, favorisé par le plan très haut débit, lancé par le gouvernement.

Orange, SFR, et une multitude de plus petits opérateurs, investissent massivement sur la zone privée au même titre que les RIP sur la zone publique.

Le réseau fibre dédiéeaux entreprises apporte une belle densité. Mais ses prix sont et resterons trop élevés pour répondre aux petites et moyennes entreprises. Le budget Internet d’une PME est de l’ordre de 100 euros par mois, là où une fibre dédiée est 3 ou 4 fois plus chèredans le meilleur des cas.

Le déploiement de la fibre mutualisée - le fameux FTTH - est donc critique pour lestrois millions de TPE et PME françaises.

Orange et SFR ont une avance incroyable dans le déploiement, notamment parce qu’ils ont la responsabilité du réseau du grand public. Celui des box que nous avons tous à la maison.

Depuis trop longtemps, les opérateurs alternatifs demandent un accès au réseau FTTH.

Bien qu’en position dominante sur le marché, Orange n’a toujours pas ouvert l’offre à ses clients opérateurs.

De son coté, SFR propose une offre,certes. Mais son tarif pour les opérateurs est bien trop élevé, ne laissant que quelques euros de marge. Sans parler de la qualité des services, très en dessous de celle des RIP.

Seuls les réseaux d’initiative publique semblent respecter une concurrence loyale.

Après plusieurs années de préparation, soutenu par l’ARCEP, la BPI et Caisse de dépôts, Kosc Telecom, le RIP de la zone privé,arrive sur le marché et apporte enfin à l’écosystème l’offre tant attendue.

Kosc incarne un modèle d’opérateur de gros neutre, hautement préconisé par un rapport récent de l’OCDE pour favoriser une concurrence loyale.

L’offreKosc donne de l’air à l’écosystème numérique. Depuis, la croissance est très forte etelle entrainetout l’écosystème.

A croire que cela n’a pas plu à certains.Malgré la croissance, les conflits et procédures ont ralenti le développement, refroidi les actionnaires,et entrainé trop rapidement Koscau dépôt de bilan.

Alors oui, vous vous en doutez, aujourd’hui tout l’écosystème attend qu’un repreneur se positionne pour redonner vie à l’entreprise et nous l’espérons au modèle d’opérateur de gros neutre.

Maintenant, quelles sont les conséquences de la situation de Kosc ?

Bien que soutenant Kosc au quotidien, ses clients s’inquiètent. Et si Kosc ne trouvait pas de repreneur ? Plus de 65000 entreprises seraient coupésd’internet. Doit-on anticiper une coupure pour protéger nos clients ou doit-on attendre et espérer comme l’ARCEP, qu’un repreneur se positionne ?

Les actions de la Caisse de dépôts ou encore de l’autorité de la concurrence, semble montrer qu’ils ne croient pas au modèle Kosc, à un opérateur de gros neutre et donc à la libre concurrence.

Alors oui, l’écosystème est en panique. Aucun plan de repli n’existe pour exploiterle réseau FTTH Orange. Le pire peut arriver pour les clients maisaussi pour toutes les entreprises encore en attente de transformation numérique.

Qu’attendons-nous ?

En tant que président du CDRT, et représentant de l’écosystème numérique, j’appelle l’Etat à soutenir ses PME, j’appelle l’Etat, l’ARCEP et l’ADLC àorganiser la concurrence loyale et arrêter de soutenir exclusivement le duopole Orange/SFR.

Le modèle Kosc est bon et nous espérons qu’un repreneur,suffisamment solide,nous permettra de poursuivre la digitalisation des entreprises que nous avons commencé.

Mais nous voulons aussi et surtout des garanties et une régulation plus juste :

  1. Un plan B en cas de disparition de Kosc
  2. Une ou plusieurs offres de gros sur les principaux réseaux Fibre déployés.
  3. Des contraintes et du contrôle sur la qualité des offres fournit par les opérateurs d’infrastructures.
  4. Nous demandons aussi une étude attentive de l’impact de l’achat de Covage par Altice. Après avoir financé le réseau avec des aides publiques, pourquoi le revendre à SFR, et recréer ainsiunduopole sur les infrastructures ?

Les événements des derniers mois inquiètent l’écosystème numérique. Nous souhaitons que l’Etat prenne la mesure des actions nécessaires pour soutenir la compétitivité des PME. Que la transformation numérique des entreprises devienne une réelle priorité. Et pour cela, que les entreprises puissentse procurer l’Internet dont ellesont besoin, auprès de l’opérateur qu’elles auront librement choisi.

Alors oui. La transformation numérique et la compétitivité des entreprises est en danger ! Etoui, tout se joue maintenant !

Madame la Présidente de la Délégation sénatoriale aux entreprises,

Monsieur le Président du groupe Numérique du Sénat,

Mesdames les sénatrices, Messieurs les sénateurs,

Je vous remercie de votre écoute et j’espère vivement que mes propos contribueront à faire évoluer la position des pouvoirs publics à l’égard de cette situation.La digitalisation des entreprises n’est pas une alternative mais une priorité. Que la régulation favorise, comme elle le doit, une concurrence équitable sur le marché des télécoms et quelle permette enfin à nos entreprises de profiter de l’économie numérique.

Encore une fois, merci.

Partagez

Le CDRT est devenu un club national avec une forte représentativité du marché des Communications Unifiées et de la Collaboration.

Le 21 février dernier le CDRT, le Club des Dirigeants Réseaux & Télécoms organisait à l’hôtel Normandy à Paris, sa 7ème assemblée générale pour présenter à ses membres les résultats de l’année 2018 ainsi que son ambition pour accompagner ses membres et la profession dans un marché des Réseaux & Télécoms en forte mutation, mais riche en opportunités.

 

2018, une année de forte croissance pour le CDRT

Durant l’année écoulée, le CDRT a accéléré son développement en régions, avec l’ouverture de délégations en Occitanie, pilotée par Isabelle Sinegre et dans l’Ouest, pilotée par Philippe Sordet. Ces délégations s’ajoutent à celle de Paris et celle de Rhône Alpes pilotée par Bertrand Caron.

Le CDRT est désormais un club national qui compte maintenant 168 membres dont environ 60 en région. Ses membres représentent l’ensemble de l’écosystème du marché de l’Internet, des Communications Unifiées et de la Collaboration regroupant à la fois des éditeurs, des équipementiers, des opérateurs d’infrastructures, des intégrateurs/opérateurs de services de toute taille et quelques ESN.

Durant l’année 2018, le CDRT a organisé 16 événements dont 8 dîners en région. Parmi ces événements ont note aussi 2 matinales, l’une dédiée aux Communications Unifiées durant la Cloud Week Paris et l’autre dédiée à la SmartCity et au SmartBuilding en collaboration avec la fédération InfraNum.

Le CDRT a aussi organisé, avec Cavell Group, le Comms Cloud Summit en novembre, un événement d’ampleur européenne, dédié aux Communications Unifiées.

Le rapport moral, présenté par Philippe Sordet, vice-président du CDRT et le rapport financier présenté par Pascal Prévot, son trésorier, ont été approuvés à l’unanimité par les membres lors du vote de fin de séance.

Nomination de Philippe Houdouin, président de Keyyo, en tant que Secrétaire Général

Les membres ont aussi voté à l’unanimité pour la candidature de Philippe Houdouin au poste d’administrateur du CDRT. Président fondateur de l’opérateur Keyyo récemment racheté par Bouygues Télécom Entreprises, Philippe Houdouin prendra aussi les fonctions de Secrétaire Général du Club et renforcera l’équipe existante. Il rejoint Laurent Silvestri, Philippe Sordet, Pascal Prévot, Eric Assaraf, Frederic Decard, Stéphane Grasset, Isabelle Sinegre et Bertrand Caron, en tant qu’administrateur.

 

2019, l’année de l’accélération de la transformation technologique

Au-delà de ces événements, véritable marque de fabrique du CDRT, permettant à ses membres de réseauter et profiter de conférences leur permettant d’anticiper les évolutions du marché, le Club est aussi un acteur fortement impliqué dans l’accompagnement de ses membres dans leurs enjeux majeurs de la mutation du marché.

Alors que l’on observe le déploiement de la Fibre, la mutation vers le Cloud, l’arrivée de la 5G et la transformation de la téléphonie en applications Audio/Vidéo/Tchat, les acteurs du marché doivent faire face à de nombreux enjeux que le CDRT souhaite faciliter.

  • La transformation du modèle « intégrateur » vers un modèle « opérateur de service » accompagnée par la transformation du modèle économique d’un modèle de vente « one shot » vers un modèle récurrent.
  • La convergence des métiers éditeurs/opérateurs, intégrateurs/opérateurs, ou encore télécoms/informatique.
  • Le manque de ressources compétentes tant pour des fonctions commerciales que techniques.
  • La compréhension des forces en présence par une meilleure cartographie des acteurs et de la chaine de valeur.
  • L’anticipation des évolutions technologiques et des différents modèles de création de valeur et de différentiation.

En 2019, le CDRT travaillera en priorité sur deux sujets :

  • Commission Recrutement/Formation : La problématique de gestion de ressources et la pénurie de profils techniques et commerciaux compétents.
    Le Club souhaite construire des programmes de spécialisations télécoms en collaboration avec différentes écoles. Ces programmes, élaborés par le CDRT, seront proposés en option aux cursus des différentes écoles afin de permettre aux étudiants de mieux se préparer aux télécoms mais aussi de permettre à ses membres de recruter plus facilement ces jeunes talents. Le Club s’appuie sur ses relations fortes avec le Syntec Numérique pour soutenir cette initiative.

 

  • Commission Labélisation : Formaliser le statut d’opérateur de services
    Le marché français compte 2500 opérateurs, dont 250 opérateurs d’infrastructure et 2250 opérateurs de services. Bien que leur rôle ne soit pas du tout le même, l’autorité de régulation des Télécoms (ARCEP) les répertorie dans la même catégorie d’opérateur L.33.1. Afin de mieux cartographier les opérateurs ne disposant pas d’infrastructures en propre mais aussi mettre en avant leur expertise et leur rôle, le Club aimerait lancer un chantier de labélisation de cette profession en commençant sans doute par une charte. Le Club travaillera avec différents organes publics ainsi que la fédération InfraNum pour mener cette action.

 

« En 2019, le CDRT souhaite intensifier sa présence aux côtés de l’écosystème Réseaux & Télécoms et continuer à apporter un éclairage bienveillant à ses membres » déclare Laurent Silvestri, Président du CDRT. « Pour autant, les attentes de nos membres sont plus fortes et les mutations technologiques actuelles ainsi que l’accélération des transformations structurelles du marché nous amènent à accompagner ces changements par des actions plus fortes que nous allons mener avec les différentes fédérations professionnelles auprès des pouvoirs publics » ajoute-t-il.

A propos du CDRT

Le CDRT est un club d’affaires, créé en 2012, qui a pour objectif de réunir les acteurs de la convergence informatique et télécoms, faciliter le networking et apporter un éclairage d’experts sur les sujets d’actualités. Il permet d'échanger et partager des expériences avec l'ensemble des acteurs de l'écosystème informatique et télécoms, créer des synergies Business en toute bienveillance, anticiper les évolutions du marché et des usages et participer à la promotion des Communications Unifiées.
Le CDRT compte 168 membres dirigeants, représentant les différents acteurs de l’écosystème des Communications Unifiées, intégrateurs, opérateurs, éditeurs, équipementiers et ESN.

Partagez